Nous avons déjà établi que travailler en Freelance, que ce soit à temps plein ou non, est un bon moyen de nous rapprocher de l’indépendance financière. Mais il est important de maitriser son budget et minimiser ses dépenses. Un poste de dépense qui peut rapidement se révéler important est lié à l’endroit où nous travaillons. Ceci est valable à la fois au niveau macro : dans quel pays, quelle région et quelle ville nous travaillons, et au niveau micro : bibliothèque, maison, coworking, etc. Faisons le point !

Choisir un pays

Si votre travail vous le permet, c’est-à-dire que vous êtes freelance, développeur ou vous avez un autre métier qui ne demande pas de voir vos clients en personne, alors vous pouvez vous envoler pour travailler à l’autre bout du monde ! Il y a beaucoup d’avantages à cela :

  • Vous allez voyager, découvrir de nouveaux pays, de nouvelles cultures, de nouvelles personnes. Un voyage permanent… et rémunéré !
  • Vous aimez avoir chaud l’hivers ? Vous aimez ne pas cuire l’été ? Il vous suffit de suivre les hirondelles et de changer de localisation en fonction des saisons.
  • Vous allez pouvoir profiter “d’arbitrages géographiques” : si vos revenus sont en euros, et liés à un travail réalisé pour des clients européens, vous allez pouvoir profiter du niveau de vie relativement faible de pays en développement, tels qu’en Asie du Sud-Est ou en Amérique du Sud. Un loyer de 100€ par mois ? C’est possible ! Vivre pour 7€ par jour ? C’est possible ! Votre plus gros coût sur trois mois sera votre billet d’avion… mais comme vous êtes libre comme l’air, vous choisirez des dates de voyages où les billets sont les moins chers. Ce qui a permis à Thomas de voyager à la Réunion pour 450€ aller-retour et 460€ pour l’aller-retour à Bali.

Note de Thomas : Le bloggeur américain Tim Ferris est l’inventeur de cette expression de « géo-arbitrage ». S’il ne traitre pas de l’indépendance financière à proprement parler, son premier livre « The 4 hour work week » (en français « La semaine de quatre heure ») est un éloge de l’indépendance au sens large. Je ne saurais trop vous recommander de le dévorer à la première occasion. Et de vous approprier tous ces concepts et de les mettre en pratique au plus vite.

La combinaison de ces avantages est énorme. En pratique vous pouvez (facilement) maintenir ou augmenter votre qualité de vie tout en diminuant significativement vos coûts : c’est exactement l’objectif de La Révolution Pastèque !

Par où on commence ? Où partir ? Un site a la réponse pour vous : Nomadist ! une belle liste d’un grand nombre de villes partout dans le monde, avec une infinité de critères, d’avis, etc. pour savoir où s’installer, en fonction de la saison ou de vos goûts personnels.

Note de Thomas : Pierre-Gilles, un des premiers pastéquiers, a pris son envol en août pour Bali et y vie depuis comme un prince pour un budget mensuel qui frise l’indécence. Après trois mois à expérimenter ce nouveau mode de vie, sa question n’est pas « quand-est-ce que je rentre ? » mais bien « quelle est la prochaine destination ? ». Je lui laisse la joie de vous conter ses exploits dans un article à venir !

Et en France ? Choisir une ville

Cette section s’adresse principalement aux freelances qui travaillent à temps plein sur leur activité freelance. Assez souvent, votre localisation géographique ne va pas avoir beaucoup d’incidence sur votre activité : si vous devez parler avec un client, décrochez le téléphone, utilisez Appear.in, Google Hangouts, Slack, GoToMeeting, JoinMe, ou n’importe quel autre service, ils sont légions ! Le plus important est d’être disponible et actif sur une plage horaire commune avec votre client : si vous êtes installés en Nouvelle Zélande (+12h de décalage), vous n’allez pas avoir une grosse partie de la journée ensemble.

Note de Thomas : Ceci peut également s’avérer être un avantage : vous travaillez pendant que les français dorment ; quand ils se réveillent, ils constatent que les sujets ont avancés et prennent le relais.

Mais restons à l’échelle française : d’une part, parce que nous aurons l’occasion de parler de délocalisation radicale dans le futur, et d’autre part parce que pour simplifier la gestion de nos impôts, il est pratique de garder notre foyer fiscal résident en France. Explorons donc un peu les possibilités !

Des sites tels que Remote France permettent de comparer les villes françaises sur une gamme de critères : sont-elles bien insérées dans le réseau de transport ? Y-a-t-il des coworking ? Les loyers sont-ils élevés ? Tous ces critères vous permettent de faire votre choix, et d’explorer des villes qui, a priori, ne nous auraient pas tapé dans l’œil dans un premier temps. Ainsi, Clermont-Ferrand trône en haut du classement : un bon plan dans une région magnifique, mais auquel nous n’aurions pas pensé instinctivement !

Où travailler ?

Travailler chez soi est clairement l’option la moins onéreuse. A moins que l’on ne choisisse un logement plus grand que ce dont nous aurions besoin pour vivre sans y travailler. Il y a un autre écueil à cette solution : personnellement, je ne suis pas toujours efficace chez moi. Je préfère parfois travailler autre part, séparer mon espace de vie de mon espace de travail. Dans ce cas, trois grandes solutions s’offrent à nous : les bibliothèques publiques, qui sont souvent gratuites, les cafés, qui sont parfois bruyants, et les coworkings, qui sont chers !

Lieu Avantages Inconvénients
Coworking – Environnement sérieux
– Coins calmes pour bosser et coins bruyants pour passer les coups de fil.
– Café à disposition, souvent gratuit
– Wifi, souvent fiable
– Cher
– Pas toujours ouvert quand on le voudrait : il faut bien choisir
Bibliothèque – Gratuit, ou <50€/an en général.
– Calme
– Pas facile de passer des coups de fil : il faut décaler vers la cafétéria.
– Le wifi, pas toujours existant, pas toujours fiable
– Parfois bondé, impossible de trouver une place !
Maison – Wifi Fiable
– Calme, mais on peut aussi passer ses coups de fils sans gêner personne !
– Café, thé, nourriture à portée de main
– Gratuit
– Pas toujours facile de se concentrer
– Les colloques, frères, sœurs, parents, compagnons/compagnonnes peuvent gêner Ou être gênés.
Café – Bon café à disposition
– Pas trop cher
– Bruyant, pas toujours de coins calmes

 

Pas toujours facile de trouver le coworking ou le café idéal. Un seul mot d’ordre : testez ! Essayez les coworkings, ils offrent souvent la première journée, et sinon, réservez sur une journée pour tester. Quand aux cafés, c’est encore plus facile de tester. Trouvez-en un sur internet, baladez-vous dans le quartier, essayez-en d’autres jusqu’à ce que vous trouviez ce qui vous correspond le mieux. Un petit boost au niveau de la recherche peut aussi venir de sites spécialisés dans la recherche de coworkings comme Néo-Nomade.

Une autre option est également possible : trouver une entreprise qui peut vous héberger ! Premier réflexe : contactez vos amis, oncles, tantes, parents, et toute autre personne que vous connaissez et qui pourrait avoir un bureau libre. Si l’approche FF (family & friends) ne marche pas, alors on va chercher sur internet. Plusieurs groupes Facebook peuvent vous aider à trouver votre bonheur, et des sites tels que Hub-Grade peuvent vous permettre de trouver chaussure à votre pied ! En termes de tarif, on va généralement se situer un peu en-dessous des coworking (note de Thomas : voir même souvent gratuit lorsqu’on vend un projet de startup) mais il peut y avoir des contraintes supplémentaires, notamment concernant les horaires.

Il peut être agréable de varier les plaisirs et de changer d’environnement régulièrement. Pour ma part, j’aime bien bouger tous les deux ou trois mois, et aussi changer d’emplacement dans la même journée. Cela me permet d’être mieux concentré et plus efficace, et de moins me laisser distraire par tout ce qui m’entoure. Quelle est la solution ? Pour moi, c’est donc de changer régulièrement de lieu. J’ai passé quelques mois dans un coworking à Paris, et en ce moment je travaille depuis chez moi. Quand ma productivité commence à baisser, je change de lieu : en général, direction la BPI (Bibliothèque Publique d’Information), qui se situe au centre Georges Pompidou, soit 25 minutes en métro ou 45 minutes à pied de chez moi !

Note de Thomas : Pour moi qui suis encore salarié, la donne est un peu différente. Cependant, je fais régulièrement du télétravail (à raison de deux à trois jours par mois) et aime changer de places dans nos bureaux en fonction des jours, pour éviter cette lassitude d’être toujours au même endroit. De plus, étant commercial, je passe beaucoup de temps chez nos clients, ce que je considère être un avantage : toujours une découverte d’un nouvel endroit, d’un nouveau contexte. A l’heure où je vous écris ces lignes, je suis par exemple à Cannes pour un événement : il y a pire comme déplacement !

Conclusion

Choisir où travailler, à la fois en termes de pays, de région, et de lieu demande une réflexion assez profonde. Mais rien ne remplace l’expérimentation ! Si vos activités vous le permettent, tentez l’Asie, à l’instar de notre ami Pierre-Gilles : son compte-rendu par ! Si vous suivez les conseils de notre expert de l’épargne, pas besoin de partir à 10,000 kilomètres pour s’épanouir ! Restez donc en France, explorez les régions et les villes, et laissez vous guider par Remote France ! Et une fois que vous avez choisi votre localisation géographique, tentez bibliothèques, coworkings, cafés, et canapé à la maison.

N’hésitez pas à partager vos expériences avec nous dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Fermer le menu