Une des sources de dépenses les plus saillantes et inévitable est de se nourrir. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on travaille dans une entreprise n’ayant pas de cantine, et où les seules options proches du lieu de travail sont soit chères, soit chères et pas équilibrées. Alterner entre sandwich, kebab et paninis n’est pas sain, ni pour nos finances, ni pour notre santé !

Les faits : nous payons cher pour mal manger

La nourriture, que cela soit en termes de matières premières ou de repas consommés dans des restaurants, représente une part très importante de nos budgets :

Poste de dépense Proportion du budget
Logement, chauffage, éclairage 26.3%
Alimentation et boissons non alcoolisées 13.3%
Transport 13.1%
Autres biens et services 12.1%
Loisirs et culture 8.4%
Hôtels, cafés et restaurants 6.7%
Équipement du logement 5.0%
Santé 4.2%
Articles d’habillement et chaussures 3.9%
Boissons alcoolisées et tabac 3.5%
Communications 2.6%
Éducation 0.9%

Les ménages français (source: INSEE) allouent 20% de leur budget à leur alimentation en général. Toujours d’après l’INSEE, l’obésité et le surpoids sont en augmentation sur les dernières décennies.

Il y a donc un double problème à pastéquer :  Nous dépensons trop pour une alimentation malsaine.

La solution : cuisiner sois-même, à l’avance !

La solution est assez simple, mais demande de la discipline : il faut préparer soi-même ses repas à l’avance et les apporter au travail. Les bénéfices sont notables :

  • économiques, avec des repas qui vont revenir à moins de 3€ par repas, au lieu de la fourchette classique 8€-15€ pour un restaurant ou sandwicherie,
  • et pour la santé, en prenant le contrôle de son alimentation et en préparant des repas mieux équilibrés.

A titre d’exemple, je vous livre en exclusivité les résultats de ma propre expérience :

 

Entre janvier et mai, je travaillais à Monaco, et je mangeais environ trois fois par semaine à La Bionda, une brasserie Monegasque dont la formule midi coutait 15€ (imbattable pour Monaco !). En juin, j’étais de retour à Paris, et j’ai cuisiné mes repas quasiment tous les midis. Le résultat parle de lui-même : mes dépenses en nourriture (courses + restaurants) ont été divisées par près de 2.

La Bionda, près du port à Monaco

Les ingrédients de la réussite sont les suivants:

  1. Avoir entre quatre et six tupperwares (je suis un adepte de ceux d’IKEA : toutes les tailles, tous les formats, et pas cher).
  2. Acheter les légumes au marché (ou encore mieux, chez un maraîcher), qui est souvent bien plus économique que les supermarchés — sans même compter les considérations de qualité et de respect de l’environnement.
  3. Cuisiner en une fois (dimanche soir productif !) tous nos plats pour la semaine.
  4. Apporter et manger nos repas faits maison le midi.

Le dernier point semble trivial, mais il faut en fait un certain effort pour adopter cette habitude. L’une des barrières qui nous décourage souvent d’apporter nos repas au travail est que nos collègues mangent souvent ensemble « dehors », entendez « au restaurant ». Plutôt que de jeter l’éponge, il vaut mieux en discuter avec eux : il est bien possible qu’ils veuillent également changer leurs habitudes pour un rythme de vie plus sain et plus économique. La Révolution Pastèque, ça se partage !

Quelques-uns de mes repas du midi favoris :

Une quiche dure trois repas pour moi, et coûte entre 6 et 10€. Cela amène donc le prix des repas à 2€-3.5€, ce qui correspond à notre cible! Le riz courgettes-amandes, un délicieux riz avec des légumes (oignons, courgettes), avec de la coriandre et des amandes pour développer des saveurs un peu orientales, coûte environ 8€ pour quatre repas (2€/repas). Les lentilles sont du même ordre de grandeur, avec 7€ pour quatre repas.

Cela ne me dérange pas de manger quatre fois de suite le même repas, mais il est également possible de varier un peu, et de préparer deux repas différents en même temps. Dans les images ci-dessus, on peut d’ailleurs remarquer que deux de mes plats de lentilles ont des lardons, et deux sont végétariens.

Vous pouvez également noter que je prépare souvent quatre repas, et non pas cinq. La raison est qu’un arrangement honnête avec mes collègues est d’aller au restaurant un midi par semaine (#KebabThursday). Et il arrive également que je sois en déplacement, ou d’avoir un déjeuner organisé avec des clients ou partenaires. Lorsqu’un imprévu comme cela arrive, notre tupperware passe 24h de plus au frigidaire, et ne s’en porte pas plus mal. Si à la fin de la semaine il nous reste des repas, pas de panique : la plupart d’entre nous mangent également le soir et le weekend.

En bref…

Le diagnostic et le remède sont donc à présent bien identifiés : il faut préparer soi-même ses repas à l’avance. Cela permet de nous assurer une alimentation équilibrée et économique.

Dès dimanche prochain, nous commençons ensemble, avec des recettes simples & abordables ! Suivez-nous sur Twitter pour être les premiers notifiés de nos derniers articles… et de nos nouvelles recettes !

Cet article a 7 commentaires

  1. Avec des récipients en verre c’est encore mieux #plasticfree

    1. Merci Camille pour cette remarque pertinente : les récipients en verre sont évidemment plus durables et meilleurs pour l’environnement. On va trouver une référence et la partager dans les commentaires 🙂

      1. En effet le verre c’est top ! Durable, il passe au four micro-onde, c’est propre et facile à entretenir… Mais le plastique a l’immense avantage d’être léger, et j’avoue céder au confort que cela procure.

  2. Et quid de la diversité ? Ca ne te dérange pas de manger la même chose tous les midis ?

    1. Cela ne me dérange pas du tout de manger la même chose 5 fois par semaine… Mais il y a des parades à cela !
      -> faire varier un aliment / ingrédient dans la préparation, par exemple faire une quiche avec deux côté différents, un légume et un lardons.
      -> préparer deux plats complètement différents, par exemple des lentilles et de la quiche
      -> congeler une partie des plats préparés à l’avance, et tourner avec les plats de la semaine.

    2. Les buddha bowls sont variés et faciles à préparer à l’avance ! on cuit du riz, du quinoa, des lentilles ou autre pour la semaine (ça se conserve bien au frais), et plus qu’à ajouter différents ingrédients frais différents tous les midis !

      1. Bonne idée ! Un peu comme les salades variées d’il y a quelque semaines, ça marche assez bien d’avoir 2-3 bases, et de les agrémenter avec pleins d’accompagnements différents !
        Je vais tenter les buddha bowls du coup, ça fera probablement l’objet d’un article 😉

Répondre à Thomas Annuler la réponse

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :